Aller au contenu principal
Fermer
Ouvrir la rechercher
  • Accueil
  • Anne-Lise Boyer : Journal de l'œil
Anne-Lise Boyer : Journal de l'œil
Petite Rue Saint-Pierre 63000;63100 Clermont-Ferrand Hôtel de Fontfreyde Centre Photographique Hôtel de Fontfreyde Centre Photographique
Du Jeu. 17 nov. 2022
au Sam. 18 mar. 2023
Entrée : Gratuit

Voilà une exposition peu commune à l’Hôtel Fontfreyde. Pas facile d’abord, mais ô combien saisissante. La démarche d’Anne-Lise Broyer est en effet très singulière. Introspective dans le meilleur sens du terme, elle propose d’entrer par le biais de la photographie dans l’œuvre et la biographie de Georges Bataille, sans doute l’écrivain le plus le tourmenté de l’histoire du XXe siècle. Le titre de sa première série, Journal de l’œil, fait notamment référence à l’un de ses écrits les plus transgressifs : Histoire de l’œil. Loin de rester à la surface de sesécrits, Anne-Lise Broyer tente de créer des images qui expriment les pensées de l’écrivain. Un voyage dérangeant, à l’image de cette étrange photographie de visage qui dégage une impression exacerbée de malaise et d’angoisse mortifère.

 

 

 

 

Catane folie

 

 

 

 

Une photographie expressionniste

Outre le lien constant qu’elle entretient avec la littérature, Anne-Lise Broyer a une autre particularité : elle retravaille ses tirages directement à la mine graphite. À l’inverse des peintres de la fin du XIXesiècle qui utilisait la photographie pour se rapprocher du « réel », elle s’écarte du réalisme pour donner plus de profondeur et accentuer la dimension expressionniste de ses œuvres. Dans la seconde série exposée, ses bouquets de fleurs à l’apparence magnifique cachent en réalité une énorme ambivalence : celle d’un morceau de nature déraciné entrain de périr, juste pour le plaisir de nos yeux ! Ces photographies dessinées comme des vanités évoquentla décadence et la beauté, l’éclat et le pourrissement du monde. Elle s’inspire ici d’un autre texte de Georges Bataille où la fleur n’est ni le symbole de l’amour, ni celui de la beauté idéale, mais aurait plutôt, en définitive, « l’odeur de la mort ».

Au dernier étage de l’Hôtel, en clin d’œil au Rendez-vous du Carnet de voyage, la série documentaire Du monde vers le monde - escale à Valparaiso, réalisée en commun avec le photographe René Tanguy, dévoile un Chili à la fois fantasmé et très concret de chiens sans collier, de marins sevrés d’horizon, de sourires privés d’illusion et d’élégantes beautés humaines sans fard.

Lys